Môle sèche
Verticillium fungicola

Le champignon de couche, Agaricus bisporus (Lange) est sensible à divers pathogènes fongiques, dont Verticillium fungicola, l'agent de la môle sèche. Cette pathologie est responsable de dégâts importants dans les cultures commerciales. Une analyse moléculaire a montré que les isolats de V. Fungicola européens appartiennent à la variété fungicola et présentent une grande homogénéité génétique. Leur variabilité physiologique (sensibilité aux métabolites d'agaric et à un fongicide, agressivité) est supérieure à celle rapportée pour les isolats de variété aleophilum responsables de la maladie en Amérique de Nord. Les champignons malades présentent trois types de symptômes : la môle, masse de tissus indifférenciés, le sporophore à pied fendu, et le sporophore taché. Pour comprendre le développement de la maladie, ils ont été étudiés sur le plan morphologique (différenciation, couleur des tissus) et moléculaire (quantification de l'hôte par PCR en temps réel). Le premier stade morphologique réceptif au pathogène a été identifié. Les môles présentent une grande variabilité de niveau de contamination et de brunissement. Ce dernier ne bloque pas le pathogène mais est lié à une forte contamination. Les tissus d'aspect sain des sporophores tachés ou à pied attaqué sont contaminés. La transcription de gènes candidats pour l'interaction hôte- pathogène et le développement de la môle a été suivie par PCR en temps réel. Les gènes de laccase lcc2 et lcc3 et de tyrosinase AbPPO2 montrent une baisse, voire une perte, de régulation chez la môle par rapport à celle observée chez le champignon sain. Le gène de choc thermique hspA fortement exprimé dans la môle montre une réaction à l'infection.