Pourriture noble (Botrytis de l'oeil, Pourriture grise)
Botrytis cinerea

Le champignon Botrytis cinerea est présent dès la floraison de la vigne, sur les baies. Il faut respecter son développement et le maîtriser de juin à août, afin de ne pas mettre en péril prématurément la maturation du raisin.

Description et impact
Le champignon se nourrit de l’eau du rasin et a pour effet de concentrer le sucre à l'intérieur des baies. Il a également des conséquences sur les arômes du vi (nez typique « botrytisé »). Un « liquoreux de Botrytis » n'est pas un « vin sec sucré » : les sucres de pourriture noble sont les plus achevés, ils sont en bouche d'une grande pureté. Pour produire des raisins botrytisés l'humidité matinale des mois d'octobre et de novembre est indispensable, favorisant le développement de ce champignon, elle doit être suivie d'un temps sec pour faciliter l'évaporation de l'eau. La présence d'une rivière proche du vignoble peut permettre le développement de la pourriture noble, dans le sauteraine, c'est le Ciron qui joue ce rôle. Botrytis cinerea est un champignon phytopathogène haploïde de la famille des Sclerotiniaceae, de la division des Ascomycota. Il est responsable de la pourriture grise, une maladie cryptogamique qui sévit sur plusieurs cultures d’intérêt agronomique majeur comme la vigne, le tournesol, la tomate, la fraise. C'est un champignon également responsable de la pourriture noble qui permet d'obtenir certains vins liquoreux, comme le sauterene ou le tokaj.  Botrytis cinerea est donc un champignon polyphage ne présentant pas a priori de spécificité d'hôte. Il peut se nourrir comme parasite, des tissus vivants de centaines de plantes sauvages et cultivées, mais ses capacités saprophytiques lui permettent en outre de survivre sur des débris végétaux tombés au sol. Bien que la pourriture grise s’attaque préférentiellement aux fruits, tous les organes de la plante y sont potentiellement sensibles, et les symptômes sont variés : flétrissement des fleurs, taches follaires, pourriture des racines, des tiges, ou des fruits. Les fleurs de la plupart des espèces florales peuvent être contaminées de manière latente. La pourriture grise est une maladie cryptogamique capable donc d'affecter une multitude de plantes sauvages et cultivées en plein champs ou en serre, partout dans le monde.